Les douleurs à la cheville : connaître les différents types et leurs causes

Publié le 12/02/2024 Temps de lecture: 5 minutes

Les douleurs à la cheville : connaître les différents types et leurs causes

Les douleurs à la cheville sont fréquentes, puisque cette articulation est mise à rude épreuve dans notre vie quotidienne. Des blessures peuvent toucher différentes parties, comme les os ou les ligaments, et nécessiter une immobilisation grâce à une chevillère ligamentaire. Voilà quelques pistes pour déterminer les causes de vos douleurs à la cheville.

Les zones de la cheville pouvant être douloureuses

Le rôle de la cheville dans le corps est crucial. Cette articulation permet de soutenir notre poids, de propulser nos pas, de diriger notre démarche… Ce n’est donc que logique, qu’elle soit d’une extrême complexité. La cheville est ainsi composée de 28 muscles distincts et de 38 articulations (1), qui peuvent représenter autant de sources de douleur.

Parmi les os principaux, nous pouvons par exemple citer le talus, le tibia et la fibula. Les extrémités de ces deux derniers os forment respectivement la malléole du côté interne et la malléole externe.

articulation-de-la-cheville-en-representation-3d

Puis, pour faire fonctionner cette articulation, les muscles et les os précédemment cités sont liés par des tendons. Ils peuvent être source de douleurs, notamment lorsqu’ils sont sur-sollicités ou subissent des traumatismes.

Enfin, des ligaments, joignent les os de la jambe à ceux du pied. On note par exemple le ligament talo-fibulaire antérieur, postérieur ou encore le ligament fibulo-calcanéen. Les blessures ligamentaires sont parmi les plus fréquentes.

Pour déterminer correctement la zone de la cheville qui cause la douleur, il est important de consulter un médecin. Il effectuera un examen approfondi selon vos symptômes, et éventuellement une radiographie, une échographie ou une IRM dans le but de poser un diagnostic précis.

Les principales causes de douleurs à la cheville

Il existe de nombreuses causes de douleurs à la cheville, qui peuvent être liées à un traumatisme, à une sur-sollicitation de l’articulation ou encore à des variations anatomiques selon les personnes, comme le pied plat ou creux.

Les traumatismes ligamentaires et tendineux de la cheville

Les traumatismes ligamentaires et tendineux constituent parmi les plus fréquentes blessures à la cheville.

L’entorse

Une entorse est un traumatisme des ligaments. L’entorse de la cheville peut aussi bien concerner le ligament latéral externe que le ligament interne, mais c’est le ligament talo-fibulaire antérieur, c’est-à-dire externe, qui est le plus touché (2).

Les ligaments agissent comme des élastiques, et peuvent donc être distendus lors d’un choc. On parlera alors d’entorse bénigne, ou plus communément de foulure de la cheville. Le ligament peut aussi partiellement se déchirer, dans quel cas on parlera d’entorse moyenne. Enfin, en cas de rupture totale du ligament, il s’agit d’une entorse grave.

entorse-de-la-cheville-sport

La tendinite

La tendinite ne concerne cette fois pas les ligaments, mais les tendons. Il s’agit là d’une inflammation du tendon, qui apparaît lorsque l’on le sollicite trop. Dans la cheville, elle concerne le plus souvent le talon d’Achille.

La rupture tendineuse

La rupture tendineuse peut être courante chez les sportifs. Dans ce cas, elle va surtout concerner le talon d’Achille.

Les traumatismes osseux de la cheville

La cheville représente un enchevêtrement très complexe d’os qui permettent son fonctionnement. Les traumatismes osseux peuvent fréquemment causer des blessures.

Les fractures

Un traumatisme, tel qu’une torsion, une chute ou un choc peut causer une fracture, c’est-à-dire une rupture osseuse. Tous les os de la cheville peuvent être concernés, mais une fracture parmi les plus courantes est celle d’une des malléoles, qu’elle soit interne ou externe. Ces protubérances osseuses, formées par les extrémités du tibia et de la fibula, sont, en effet, particulièrement exposées.

La luxation

Une luxation arrive lorsque deux extrémités osseuses se détachent l’une de l’autre, déliant l’articulation. Elle provoque parfois également une rupture ligamentaire et une fracture.

Les maladies articulaires de la cheville

En plus des traumatismes et surexploitations, l’articulation de la cheville peut également faire les frais de maladies.

L’arthrose de la cheville

L’arthrose est une maladie articulaire qui implique une usure et une destruction progressive du cartilage. L’arthrose de la cheville peut faire très mal et impacter la mobilité.

L’arthrite

L’arthrite est un terme assez vaste, regroupant les différentes maladies liées à une inflammation d’une articulation. Ces rhumatismes sont généralement douloureux et impactent la mobilité.

La polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune, qui se caractérise par une inflammation de l’articulation qui provoque une destruction progressive du cartilage (3). Elle est particulièrement fréquente dans la cheville et le pied.

Le conflit de cheville

Il existe un conflit antérieur de la cheville, et un autre postérieur. Dans les deux cas, il s’agit d’un contact anormal entre les structures de l’articulation, qu’il s’agisse des os ou des tissus mous. Le conflit de cheville peut provoquer des lésions de tissus ou de cartilages.

Comment prévenir l'apparition des douleurs de cheville ?

Des gestes simples permettent d’éviter l’apparition de douleurs à la cheville :

  • Effectuer des échauffements avant chaque séance de marche, course ou autre sport,
  • Porter de bonnes chaussures, adaptées à sa pratique, et à la bonne taille,
  • Éviter le surpoids, qui peut solliciter d’autant plus la cheville,
  • Porter des semelles orthopédiques, en cas de formation anatomique le nécessitant,
  • Muscler quotidiennement ses chevilles en évitant la sédentarité,
  • Être suivi par un médecin en cas de pratique intensive du sport.

Comment soulager une cheville douloureuse ?

Il existe un protocole rigoureux, appelé protocole RICE (rest, ice, compression, elevation, ou en français : repos, glace, compression, élévation) qui permet de soulager un traumatisme articulaire. On l’appelle protocole GREC en français :

  • Le repos : arrêter immédiatement l’activité physique en cours et éviter tout effort,
  • La glace : appliquer une poche de glace, notamment en cas d’inflammation,
  • La compression : effectuer un bandage de compression pour éviter que la cheville ne devienne enflée,
  • L’élévation : surélever la cheville pour limiter le gonflement.

chevillere-cryothrapie-pour-protocole-grec

Le protocole ICE ne constitue toutefois ni un diagnostic, ni un traitement médical, mais seulement des gestes de premier secours, qui permettent de soulager la douleur. Il est donc vivement recommandé de consulter un professionnel de santé pour obtenir un suivi médical adéquat, qui pourra être constitué d’un traitement, notamment d’antalgiques pour diminuer la douleur, d’une immobilisation de la cheville ou d’une attelle de cryothérapie, et éventuellement, dans les cas les plus sévères, d’une opération.

Peut-on avoir une douleur à la cheville sans gonflement ni bleu ?

Les gonflements et bleus ne sont pas systématiques avec les douleurs à la cheville. Il peut tout à fait y avoir une blessure qui nécessite une immobilisation, sans que la cheville ne soit gonflée. Dans le cas d’une entorse bénigne, notamment, nous ne noterons que rarement un œdème ou des ecchymoses.

Peut-on avoir une douleur à la cheville sans choc ?

Une douleur au niveau de la cheville peut tout à fait survenir sans choc particulier. Il est par exemple fréquent que la simple surexploitation de l’articulation entraîne une douleur, et parfois une blessure nécessitant un traitement médical. De la même manière, des maladies articulaires, telles que l’arthrose, peuvent engendrer des douleurs à la cheville, sans qu’aucun traumatisme n’ait eu lieu.

 

Sources

(1)Maestro, M., & Ferre, B. (2014). Anatomie fonctionnelle du pied et de la cheville de l’adulte. Revue du rhumatisme monographies, 81(2), 61-70.
(2)Bauer, T. (2014). Les entorses de la cheville et leurs séquelles. Revue du Rhumatisme Monographies, 81(3), 162-167.
(3)Malbos, D. (2022). La polyarthrite rhumatoïde. Actualités Pharmaceutiques, 61(613), 39-42.

Articles liés
Articles récents
Prendre un rdv téléphonique
Email
Messenger
Vous n'êtes pas connecté.
Connexion
Inscription
Prix Unitaire: 0,00 0,00
PROMO
x 0 - + 0,00
Total produits
Livraison
🎁 Offerte
Encore N € pour la livraison offerte
Total TTC
Commander
Inscription (gratuit)
Demande de devis
Offre parrainage